Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TEST AUTO
TEST AUTO
Menu
Test Renault Kadjar 1.6 Dci 130 Intens BVM6

Test Renault Kadjar 1.6 Dci 130 Intens BVM6

Voici un Crossover ou un Véhicule utilitaire de sport (un su-SUV) bien sympa. Utilitaire ? Mumm. Passons sur les acronymes douteux. En attendant, il cartonne ce Kadjar, avec son jumeau le Quashqai. Il faut dire qu’avec le petit Captur et le Koleos vieillissant, il manquait une pièce dans la gamme des véhicules surélevés de la marque.

Test Renault Kadjar 1.6 Dci 130 Intens BVM6

Bonne gueule

Dans cette finition Intens, les jantes et tout son attirail m’as-tu vu, cet engin fait de l’effet et flatte son propriétaire. Un long et massif capot statutaire introduit par un logo géant comme pour dire au gars de devant : « coucou j’ai une Renault !», les lignes fluides et racées des vitrages latéraux, des joncs chromés en bas des portes, et une poupe très réussie. Les épaules bien larges et les spoilers de pare choc gris lui donnent un air de trappeur. Bon, avec 20 cm de garde au sol, on ne peut pas prétendre avoir un vrai TT. Cela dit, tout est relatif : il y a bien des centaines de jeunes qui traversent le désert tous les ans en 4L, super 5, Clio, Kangoo, Golf. Alors ma foi, avec une traction, 65 ch et 14 cms de garde au sol on peut tout faire ! Il ne faut juste pas avoir peur. Donc avec ce Kadjar, on peut faire pas mal de chose si on ose le salir. Dommage, ici il était disponible avec son tout bon 1.6 Dci 130 BVM 6, mais en 2 roues motrices, donc pas de folie sauce fougère pendant l’essai.

Test Renault Kadjar 1.6 Dci 130 Intens BVM6

A l’intérieur

On est haut, on est bien, on a un capot de Rolls. Le roi de la route en somme. Plus sérieusement, l’ergonomie est bonne comme souvent chez Renault, on trouve vite ses marques. Les nouveaux compteurs fictifs sont de bon goût et très lisible. Seule la console centrale est plutôt classique, mais sérieuse. R-link et compagnie, ça fonctionne bien, c’est simple et fluide comme sur les autres modèles du losange, sauf quand ça tombe en panne : là on tape dessus et ça ne fonctionne vraiment plus. Les petits détails comme la poignée de maintien passager gainée cuire façon 3008, les seuils de portes avec des inserts aluminium ou encore le beau volant à la jante épaisse donnent l’impression d’être dans un véhicule d’un certain standing. Bon point également pour le levier de vitesse au débattement court. Les sièges sont confortables même s’il manque toujours des réglages plus pointus comme l’inclinaison de l’assise ou bien un réglage lombaire plus franc. On y est correctement maintenu, on sent que l’on peut manger de l’asphalte longtemps à son bord. A l’arrière, rien de fou, une place acceptable mais pas épatante à la vue du gabarit de l’engin. A titre d’exemple, il fait 13.5 cm de plus qu’un Duster et offre la même place à l’arrière que ce dernier, et propose même un coffre légèrement plus petit que le SUV low-cost (472 – 475L). Cela dit, pour une famille de 4, il y a largement de quoi faire ! la 5ème place, on la laisse à la carte grise et aux moins de 12 ans.

Test Renault Kadjar 1.6 Dci 130 Intens BVM6

Dynamique la bestiole !

J’ai essayé ce Kadjar principalement sur la route mais aussi sur des chemins jonchés de nids de poules. Tout d’abord, l’amortissement. C’est un savant mélange entre fermeté et souplesse, qui correspond bien à ce véhicule. Il prend très peu voire pas du tout de roulis et se conduit comme une berline. Grosse surprise quand on voit l’engin ; qui ne pèse « que » 1450 Kg. Du coup, on prend plaisir sur la route, les dos d’ânes sont une formalité, et les chemins défoncés ne sont pas un calvaire. L’ensemble moteur boite est assez approprié pour ce type de bestiole avec ses 7.5 L/100kms de moyenne sur le plein du moment. Et pourtant c’est un véhicule d’essai, donc les gens doivent bien taper dedans, à froid en plus, oooh sacrilège. Bon c’est sûr, on est en Gironde, le dénivelé n’est pas la préoccupation des cyclistes du coin. On imagine qu’en région montagneuse on peut ajouter un demi litre de plus. Les 130ch permettent de descendre sous les 10s sur l’épreuve du 0 à 100 km/h, autant dire que le 1598 cc n’est pas à la peine. C’en est surprenant même. D’autant qu’il est silencieux et onctueux. La boite 6 offre un bon étagement, pas trop longue sur les 3 premiers rapports, merci ! Pour ma part, même s’il n’y a rien de vraiment sensationnel dans sa conduite, le SUV de Renault vous emmène sereinement et dynamiquement partout. Ah cool, c’est ce qu’on lui demande. Avec un sentiment d’être dans un gros véhicule bien solide et bien sécuritaire.

Test Renault Kadjar 1.6 Dci 130 Intens BVM6

Alors ?

Il est beau, il est grand dehors mais pas dedans, il fonctionne bien. Renault Nissan a sorti un beau bébé qui s’est déjà vendu en masse alors qu’il n’a même pas un an. Bon, sous prétexte que c’est un SUV, il se vend forcément un peu plus cher. N’espérez pas trouver une bonne occasion sous les 18 000 euros. En neuf, le prix moyen est de 28 000 euros environ, sachant que la version Dci 110 vaut 26 000 euros en entrée de gamme. Mais il faut l’avouer, comme beaucoup de voitures, sans les 19 pouces et les bas de caisse pimp’, c’est tout de suite moins classe.

La version de l’essai coûte 31 800 euros. A noter qu’une Mégane 4 coûte 28 800 euros en dci 130 BVM 6 Intens, soit le même niveau de finition que notre client du jour. Ça fait 3 000 euros les 10 cms de hauteur d’assise supplémentaires, triste constat. Blague à part.

Il faut ajouter 2 000 euros pour la transmission intégrale, qui n’a pas grand intérêt sur ce type de véhicule si ce n’est consommer plus. Si vous vivez en Suède ou en Haute Savoie, là en effet ce sera utile.

 

Val

Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos
Diaporama, 11 photos

Diaporama, 11 photos